19 juillet ou 03 août Pour Le nouvel an kamite ?

19 juillet ou 03 août

Pour

Le nouvel an kamite

?

Certains n’hésitent pas à affirmer que la date du 19 juillet est erronée pour la célébration du nouvel an kamite.

Ils suggèrent de la remplacer par la date du 03 août ; date plus probable, à leurs yeux, de la célébration de cet événement majeur.

Ils prennent, pour arguments, des erreurs de datations entre les calendriers julien et grégorien ; ce dernier étant celui en vigueur dans le monde occidental.

À ce stade de notre réponse, il convient de signaler que :

Même les descendants des créateurs de ces deux calendriers ne les ont pas remis officiellement en cause.

Ce sont des kamites qui ont décidé de se livrer à pareil exercice.

Le mathématicien austro-américain Neugebauer dit du calendrier égyptien qu’« il est vraiment le seul calendrier intelligent qui ait jamais existé dans l’histoire de l’humanité ».

C’est ce dernier qui a servi de modèle aux calendriers ci-dessus cités.

À l’évidence, les défenseurs du 03 août n’ont pas jugé utile de ternir compte de cette invitation de Cheikh Anta Diop au rapprochement indispensable, sur le plan de la Tradition, entre Kamita et l’Afrique noire

« L’Égypte explique l’Afrique ; l’Afrique explique L’Égypte  »

Si, sous d’autres cieux, l’hivernage arrive au mois d’août, en Afrique noire, c’est toujours et invariablement au mois de juillet que tombent les premières pluies.

Et ce sont ces premières pluies-là qui annoncent le Nouvel An Kamite.

Aucun calcul, si savant soit-il, ne peut changer cette réalité respectée depuis la nuit des temps par nos Ancêtres.

Ainsi,

De même dans Kamita antique, la première saison, Akhet, est celle de l’inondation ; c’est-à-dire des grandes pluies qui fécondent la terre pour la germination des espèces végétales ; donc le renouveau de la vie après la sécheresse de Shemu.

De même, dans l’Afrique noire, l’hivernage est la première saison annonciatrice des mêmes bienfaits pour le bien être de la société.

De même, la saison Akhet, à Kamita antique, commence en juillet.

De même dans l’Afrique noire l’hivernage commence en juillet.

De même dans Kamita antique, c’est au mois de juillet que se déroulent les cérémonies d’accueil de la nouvelle année :

ainsi le 1er de Thot, premier jour du premier mois de la saison, est célébrée la Fête de l’ouverture de l’an qualifiée de doublement propice

ainsi le 9ème de Thot, sont également célébrées la fête d’Amon, la fête de Rê ; un autre jour de l’ouverture de l’an ; sans doute pour celles et ceux qui ont loupé la première fête de l’ouverture de l’an.

De même dans toute l’Afrique noire, ou presque, est célébrée, invariablement au mois de juillet, une cérémonie appelée indifféremment, dans toute la zone du Komo, notamment au Mali, en langue Banmana :

Samia Doon Da (Entrée en hivernage) dès les premières pluies

San Yéléma (Changement d’année)

Sans kura (Nouvel an).

De même dans Kamita antique comme dans l’Afrique noire, la fête d’entrée en hivernage, ou de changement d’année, ou du nouvel an, est l’occasion de présenter aux Ancêtres, aux Génies Tutélaires, aux objets sacrés (péjorativement appelés Fétiches), pour l’année nouvelle, les vœux pour soi, pour les siens, de :

Santé,

Bonheur

Prospérité

Réussite

Etc.

Il est utile de savoir que :

Le 03 août (19+14 =33=30 +03 = 03), qui correspond au 14ème de Thot, la fête qui est célébrée est la fête de Tithoes, fils de Neith durant laquelle il convenait seulement de fournir l’autel en offrandes.

Il est facile de constater que ce jour, comme tous les autres qui le suivent, sont éloignés, très éloignés du début de l’hivernage ; donc du début du nouvel an et ne peuvent avoir le même impact sur la vie de la Communauté.

Il y a vraiment lieu de s’étonner que les tenants du 03 août comme la célébration du nouvel an kamite n’aient pas pris la peine de faire le moindre rapprochement entre la tradition de Kamita antique et celle qui la rend encore vivante en Afrique noire.

Car, après avoir perdu le contrôle de Kamita antique, et ayant choisi de revenir vers la terre de leurs Aïeux, au Sud, nos Ancêtres ont, certes, préféré la discrétion, en renonçant à toute construction de pyramides.

Mais ils sont revenus, avec dans leurs bagages, tous les objets sacrés qui faisaient leur grandeur mystique.

Ces objets précieux se trouvent aujourd’hui dans les Cases Sacrées et les Bois Sacrés.

Il y a donc toujours une continuité dans les pratiques spirituelles.

Il est importantissime de refuser toute sorte de division, de diversion, de manipulation quand il s’agit d’envoyer les ondes nécessaires et indispensables au rétablissement et à l’animation des liens fluidiques dont nos Ancêtres ont besoin pour nous aider.

Dans ce monde physique, rien de grand et de durable ne peut se faire et réussir sans connexion avec l’autre monde ; les deux dimensions du temps et de l’espace étant indissociables.

Tous les peuples ont compris cette vérité élémentaire et ont réussi le consensus et l’unanimité autour des grands événements qui leur permettent de se connecter à leurs Ancêtres.

Même si ces grands événements portés par des mythes fondateurs ne sont pas exempts d’observations critiques.

Le 25 décembre est-il vraiment le jour de naissance de Jésus ? D’ailleurs Jésus lui-même a-t-il jamais existé ?

Le jour de la révélation du Coran a-t-il jamais existé ? D’ailleurs le Coran lui-même a-t-il jamais été révélé ?

Le Dieu Ternaire (L’Eternel, Le Père de Jésus, Allah) peut-il avoir parlé à des descendants de plusieurs générations sans l’avoir fait avec ses filles aînées et ses fils aînés qui sont le peuple noir, ses premières créatures et Ancêtres de toute l’humanité ?

Etc.

Il est urgentissime que notre communauté ne se noie pas et ne se laisse pas noyer dans des détails diviseurs insignifiants.

Des détails dont l’objectif voulu ou involontaire est de nous empêcher, nous aussi

D’envoyer à nos Ancêtres une somme d’énergies positives inégalable en intensité ; car cette intensité dépend du nombre des envoyeurs au même moment, ou dans la même période, de façon collective ou individuelle en un même lieu ou en des lieux séparés, quand bien même ces endroits seraient-ils à des milliers de kilomètres les uns des autres.

Puissent nos Ancêtres nous inspirer la Pensée Juste, la Parole Juste et l’Acte Justes.

Amon !!!

Doumbi Fakoly

Lire profitablement :

– Du Zodiaque au Totem

Auteur : Hilaire Essoh Ngomé : mathématicien, égyptologue

Secrétaire Général de African Institute of Kemetic Studies (AIKS)

Éditions Menaibuc, Paris, 2014

– Le calendrier Kamite

Auteur : Afrikhepri

– L’article écrit le 24 mars 2015, sur le site http://afrikhepri.org

http://afrikhepri.org/selon-le-calendrier-kamite-lafrique-est-en-6249/

Auteur : Afrikhepri

La version PDF de l’article est disponible en libre téléchargement ici: 19 juillet ou 03 août pour le nouvel an kamite_

This article has 3 comments

  1. Hotep !

    Il serait très judicieux de citer quand même la source de l’étude* qui a proposé la date du 3 août et pourquoi cette date (justificatif). Apparement l’auteur a lu à moitié l’etude* ou sciemment décider de caché l’essentiel de l’argumentaire (bénéfice du doute). A aucun moment de cet article n’est cité l’argument principal de cette étude qui est l’étoile spdt (Sirius/ Sigi tolo), qui est à la base du phénomène astronomique (lever héliaque) sur lequel repose la date du 3 août.

    La tradition kamite est multiple et ses phénomènes météorologiques et observations astronomiques suivant d’où on peut se trouver géographiquement sur le continent le sont tout autant.

    Attention, cet article, Bâclé, est juste là pour dérouter les néophytes de la question du calendrier kamite.

    Pour rappel, Cheikh Anta Diop nous recommande dans son livre Civilisation ou Barbarie :
    « Donc jusqu’à nos jours, avec le calendrier sidéral égyptien, qui pourrait bien être remis en vigueur, l’humanité, en tout cas l’Afrique dispose d’une échelle de chronologie absolue devant laquelle l’ère chrétienne, l’hégire, les divers repères sont tout à fait relatifs. »

    Donc cette étude* est complètement en accord avec la proposition de la date du 3 août, n’en déplaise à l’auteur de l’article ci-dessus.

    * Source de l’étude : http://ounout.net/?page_id=49

  2. Quand tu dis que c’est en juillet que tombent les premières pluies, tu penses peut-être au Mali ou au soudan, mais plus on approche de l’équateur et moins les saisons sont marquées.

    En Côte d’Ivoire c’est l’apparition de certains insectes qui annonce le début de tel ou tel réjouissance. Ensuite, c’est idée de vouloir une date universelle ne me parait pas bien de chez nous (forêt Côte d’ivoire). Pourquoi nouvelle an ne pourrait-il pas être comme les jours de marchés, tournant d’une région à une autre ? C’est ce qui se passe pour l’Abissa par example et d’autres masques sur la côte .

  3. Vous êtes un combattant pour une cause noble: le retour aux sources , c’est à dire peuple kamite renouer avec VOTRE RACINE INDESTRUCTIBLE.
    Continuez s.v.p, vous et autres soldats amonistes qui permettez à la grande majorité kemite d’avoir l’envie de découvrir le PRECIEUX HERITAGE ANCESTRALE.
    Merci

Leave a Reply